Déconfinement et reprise

Bonjour à toutes et à tous,

Après discussions avec les entraîneurs, certains athlètes, les instances départementales et régionales de l’athlétisme, il n’est pas possible de reprendre l’entraînement dès le déconfinement.

Il y a eu l’élan et l’envie de se retrouver et, comme dans la sphère privée peut-être, de profiter de la liberté qui nous était offerte de reprendre des activités, dans le respect des gestes barrière.

Nous avions bien réfléchi à des lieux et des façons de reprendre et j’aime à titre personnel être proactif et me tenir prêt quand quelque chose est prévisible, tout en restant prudent.

Au final, nous serons réactifs et prendrons le temps qu’il faut pour reprendre une activité.

Aucune date de reprise n’est envisagée pour l’instant.

Chacun(e) pense à chacun(e)

J’ai trouvé très touchant que des adhérents pensent avant tout à la santé des autres, athlètes, encadrants, familles d’encadrants et/ou d’athlètes et laissent de côté l’envie individuelle de reprendre le sport avec le club.

Ces adhérents étaient prêts à reprendre le sport à l’écart pour préserver ces personnes.

Et il m’est apparu, sans vouloir infantiliser qui que ce soit, qu’il était du devoir d’une association sportive de préserver la santé des gens et d’entendre ce message.

En vouloir pour son argent (plutôt qu’aux gens)

La réflexion était aussi d’ordre financier, ou plutôt de l’ordre de la justesse.

Le prix de l’adhésion comprend la part pour les instances de l’athlétisme, l’assurance et la part club.

60€ pour les autres, le reste pour le club en cas de réadhésion (le prix de la première année comprenant une part licence plus importante et la fourniture du maillot du club).

Chacun a ses propres ressources financières et pour certains, l’adhésion a un club de sport est une dépense importante.

Pour les personnes qui en voulaient pour leur argent, une reprise rapide était le moins, et le plus, que nous pouvions faire.

La santé, la bienveillance, le fait que la ville de Dieppe ait demandée à toutes les associations dieppoises de faire un geste financier, l’incertitude de la tenue de la Corrida de Dieppe qui nous apporte de l’argent, les difficultés économiques que risquent de rencontrer nos sponsors, m’ont fait relativiser les choses.

Zone verte mais pas zones ouvertes

Les travaux sur le stade Mérault doivent reprendre et nous n’aurons pas accès à cette structure le temps des travaux.
En effet, la pose du revêtement va en empêcher l’accès et en cette période de déconfinement, qui n’est pas un retour à la normale, il faut éviter l’utilisation d’une même zone par plusieurs instances (une ou des entreprises, un ou des clubs, une ou des personnes à titre individuel).

Le gymnase et la zone l’entourant appartiennent au lycée, qui est fermé. C’est donc un lieu écarté d’office.

Le Stade Dieppois ayant eu l’autorisation d’utiliser les infrastructures de Eu et de Saint Valery en Caux, nous avions la possibilité de continuer de nous entraîner là-bas.

Mais d’une part, les infrastructures restent fermées et d’autre part les transport sont rendus compliqués par la prise en compte des gestes barrière.

Reste que nos réflexions nous on fait identifier des lieux de pratique sur Dieppe et que nous gardons ça sous le coude.

Sport individuel, 4m², 10m entre coureurs, oui mais

Reste la question des directives du ministère de la santé…

La façon dont j’ai reçu les informations et mon interprétation me font voir les choses de cette façon.

Pour moi, les directives ministérielles s’entendent pour une pratique hors club, entre personnes responsables qui se donnent rendez-vous et savent à quoi s’en tenir.

Le fait de pratiquer en club implique que ce n’est plus chaque individu dans un groupe mais bien le club qui doit apporter la sécurité nécessaire à la pratique.

Même si la décision de reprise dans les conditions indiquées par le ministère des sports et du Haut Conseil à la Santé Publique est locale et appartient à chaque association sportive, adhérer à une fédération implique de respecter les choix des instances nationales, régionales et départementales (ce qui n’est pas sans rappeler la situation des directeurs d’école, des maires, des TPE/PME, … alors que nous sommes une association de gens de bonne volonté).

Alors que pour d’autres sports, les protocoles de déconfinement ont été écrits par les fédérations sportives, remontées pour validation au ministère des sport et redescendues aux fédérations pour application par les clubs, nous n’avons rien pour l’athlétisme pour l’instant.

Dès lors, si nous appliquons les règles du ministère sans les directives fédérales, qu’il arrive quelque chose d’ici la sortie du protocole et que nous ne l’avons pas respecté, je vous laisse imaginer la suite.

D’autant qu’après lecture de certains protocoles, je me suis aperçu que les règles ministérielles ne se suffisaient jamais à elles-mêmes.

Une fois que les protocoles seront sortis, que nous aurons un retour des instances plus proches de nous, il restera à penser la suite.

Maximilien Minart
Président du Stade Dieppois

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *